Trier les actualités

Le prix Laure Bataillon de la meilleure œuvre traduite
Accompagné par le CNL
27 juin

Le prix Laure Bataillon de la meilleure œuvre traduite

Aide à la traduction du CNL

Le prix Laure Bataillon de la meilleure œuvre traduite a été attribué au Ghanéen Nii Ayikwei Parkes et à sa traductrice, Sika Fakambi, pour son roman Notre quelque part, paru chez Zulma et traduit avec le soutien du CNL.

Ce livre avait reçu le prix Mahogany du roman 2014 et le prix Baudelaire de la traduction de la Société des Gens de Lettres avait été décerné à Sika Fakambi.

Le prix, doté de 15 000 euros et attribué pour moitié à l’auteur et pour moitié au traducteur, sera remis par la Maison des écrivains et des traducteurs de Saint-Nazaire, le 18 novembre prochain au CNL.

Romancier, poète du spoken word, nourri de jazz et de blues, Nii Ayikwei Parkes est né en 1974. Il partage sa vie entre Londres et Accra.

Sika Fakambi a été l’élève de l’école de la traduction littéraire du CNL dirigée par Olivier Mannoni. Après le Prix Romain Rolland pour les traductions littéraires franco-allemandes (DVA-Stiftung) 2014 attribué à Gaëlle Guycheney, c’est la deuxième élève de l’ETL du CNL à être primée pour une traduction.

Sur les aides du CNL consacrées aux traducteurs

Sur les aides à la traduction