Découvrez les coulisses du CNL !

Publié le 21 septembre 2021

Le saviez-vous?
Le CNL accueille régulièrement des tournages de films et met également ses espaces à disposition.
Découvrez ses espaces remarquables en vidéo avec Emeline Massacret.

 

 

Coulisses

Une histoire de « grand » hôtel

Sur un terrain acheté en 1713 par le prieur de Saint-Leu d’Esserent, Louis de Bannes, Marquis d’Avejan, capitaine-lieutenant aux Mousquetaires du Roi et époux depuis 1709 de la nièce du prieur, fait construire, en 1725, un « grand » hôtel.
A sa mort, en 1738, l’immeuble est partagé en deux par sa femme.
En 1770, la maison située à l’angle des rues de Poitiers et de l’Université est achetée par le Marquis de Belzunce.
En 1777, celui-ci vend l’hôtel au Comte de Montboissier-Canillac, lui aussi capitaine-lieutenant aux Mousquetaires du Roi. Son hôtel est confisqué à la Révolution puis mis en loterie en 1795.
Il devient, en 1840, la propriété de Monsieur Girod Mollier qui le surélève, et, en 1847, celle de Marie-Thérèse Fraser-Frisell, filleule de Madame de Châteaubriand, dont la famille en reste propriétaire jusqu’au début du XXe siècle.

Dans les coulisses du CNL

Pour tous ceux qui ne connaissent pas le Centre national du livre, ceux qui n'ont pas pu visiter le bâtiment lors de son ouverture pour les Journées européennes du Patrimoine, et ceux qui souhaitent louer ses espaces, découvrez le nouveau clip de présentation avec Emeline Massacret, chargée de communication.

Un lieu pour les livres

Le Centre national du livre a acheté ce bâtiment en juillet 1983 et y a installé ses services en janvier 1986. C’est la partie qui s’ouvre sur le 53 rue de Verneuil qui a fait l’objet de deux restructurations :

  • en 1986, par l’atelier Canal de Daniel et Patrick Rubin, architectes à qui l’on doit de nombreuses réhabilitations dont l’Hôtel d’Agentières, l’École des Beaux-arts de Paris ou le château de Chambord, pour y accueillir, à l’époque, la Maison des écrivains (qui depuis s’est installée au sein de la villa des Frères Goncourt à Paris dans le xvie arrondissement) et le Centre national des lettres (ancienne dénomination du Centre national du livre) ;
  • en 2006/2007, sous l’autorité du Service national des travaux et des architectes François Guignard et Igor Zamanski, pour la restauration des façades et des deux cours intérieures.
Coulisses 2
Coulisses 5
Coulisses 3
Coulisses 4

Un lieu pour les arts

Le mobilier
Le CNL, qui se déploie sur quatre étages, présente dans ses espaces un ensemble mobilier assez représentatif des grandes tendances du design de la seconde moitié du XXsiècle.
On peut citer les fauteuils et canapés « Baisity » d’Antonio Citterio, les colonnes lumineuses « Stylos » d’Achille Castiglioni mais aussi les lampadaires « Callimaco » d’Ettore Sottsass, les célèbres chaises en cuir « Leather side chair » de Matteo Grassi ainsi que la cultissime « Série 7 » d’Arne Jacobsen ou enfin l’aérienne table « Segmented table » de Charles & Ray Eames.

L’aménagement intérieur
Fruit d’une commande publique (1991), le hall d’entrée du CNL accueille un bas-relief monumental de Mino qui a aussi réalisé le plafond ovale de réception du petit Hôtel d’Avejan où l’on trouve deux photographies d’anciens présidents du CNL : M. Jean Gattégno (1944/1994) et Mme Evelyne Pisier (1941/2017).
On doit aussi à Mino l’ensemble sculpté et peint du hall d’entrée du ministère de la Culture, rue de Valois.
Par ailleurs, le hall d’entrée dessert la salle de commissions « Michel de Certeau » (philosophe et théologien – 1925/1986) habillé d’un élégant placage de bois clair et de toile à la teinte rouille, laissant découvrir un jardin typique des hôtels particuliers parisiens, puis le salon de réception ainsi qu’une salle de réunion dite des « Cahiers du Sud » en hommage à la célèbre revue littéraire animée par Jean Ballard (poète, écrivain et éditeur – 1893/1973).
Cette salle accueille, depuis 2013, une oeuvre murale composée de 44 portraits et de mains d’écrivains contemporains photographiés par Hannah Assouline.

Un lieu de tournage
Le CNL a accueilli plusieurs tournages de films, dont Casse-tête chinois de Cédric Klapisch en 2013, Chamboultout d’Eric Lavaine en 2018, et Pour le meilleur et pour le pire de Stéphane Brizé en 2020.

Découvrez les ouvrages soutenus par le CNL

Ouvrir le catalogue en ligne