Lire
Projet remarqué

Seminaires de Jacques Derrida

Publié le 13 février 2020

Le premier des séminaires du philosophe français le plus étudié dans le monde, mort en 2004, est publié aux éditions du Seuil avec le soutien du CNL.

Couverture
Editions du Seuil

Résumé de l'éditeur

La vie la mort est l’un des séminaires les plus féconds de Jacques Derrida. En jeu : penser la vie et la mort en vertu d’une logique qui ne poserait pas la mort comme l’opposé de la vie. La pureté de la vie n’est-elle pas, par essence, contaminée par la possibilité même de la mort puisque seul un vivant peut mourir ? interroge d’emblée le philosophe. En renversant la perspective classique, Derrida entreprend d’enseigner à ses étudiants que c’est la mort, au contraire, qui rend la vie possible.

En quatorze séances érudites et palpitantes délivrées au cours de l’année 1975-1976, Derrida déconstruit l’opposition traditionnelle entre la vie et la mort à travers des lectures multiples et délibérément pluridisciplinaires, élaborant sa pensée aussi bien au contact de la philosophie (Hegel, Nietzsche, Heidegger) et de l’épistémologie des sciences (Georges Canguilhem), que dans la confrontation à la génétique contemporaine (François Jacob) et à la psychanalyse (catégories freudiennes de pulsions de vie et de mort).

Extrait

Qu'ai-je fait en annonçant ce séminaire sous le titre "La vie-la mort", c'es-à-dire en remplaçant par un trait d'union ou par un espacement sans trait ou un trait sans mot, par un silence marqué, le "et" qui en général pose la mort avec la vie, l'une à l'autre juxtaposée ou plus sûrement opposée ? Le rapport de juxtaposition ou d'opposition, le rapport de position, la logique de position (dialectique ou non dialectique), ce sera peut-être ce qui vient justement en question quand à la vie et la mort. En faisant sauter le "et", je n'ai pas voulu donner à anticiper que la vie la mort ne formaient pas deux, ni n'étaient l'une de l'autre l'autre, mais que cette altérité ou cette différence n'était pas de l'ordre de ce que la philosophie appelle opposition (Entgegensetzung), double position de deux se faisant face [...].

 

L'auteur

Philosophe et écrivain français, Jaques Derrida est né en Algérie en 1930. Il fait ses études en France, à Paris, au lycée Louis-le-Grand puis à l'Ecole Normale Supérieure, où il enseigne à partir de 1964.  Il publie ses premiers grands livres dans les années suivantes : De la grammatologie, L'Ecriture et la différence, La Voix ou le Phénomène. Il sera l'auteur d'une oeuvre monumentale, au centre de laquelle se trouve le concept de "déconstruction" : Derrida réexamine les thèses métaphysiques en supprimant les présupposés de la parole dans la philosophie occidentale. Devenu le philosophe français le plus étudié dans le monde, il meurt à Paris fin 2004.

Découvrez les ouvrages soutenus par le CNL

Ouvrir le catalogue en ligne